Eau et assainissement

L'accès à l'eau potable et le traitement des eaux usées sont des enjeux essentiels des questions environnementales.

Développement durable

ENDEMA93 agit pour que soit appliqué au niveau local le volet environnemental du développement durable et suit la question de la transition énergétique, isolation des bâtiments...

Circulations douces et transports

Les problématiques des déplacements en île de France ont un impact très fort sur la qualité de vie des personnes, notre association oeuvre à la promotion des circulations douces.

Nous voulons des coquelicots

Nous voulons des coquelicots dans les champs pour que poussent des aliments sains, pour que les insectes foisonnent, que les papillons et les abeilles butinent.

RENATURATION, une solution pour nos villes

RENATURATION, une solution pour nos villes

RENATURATION, une solution pour nos villes

Rendre des espaces à la nature

En France, de 2009 à 2019, 27 000 hectares d'espaces ont été consommés chaque année, soit 4 fois plus que la croissance démographique. En Île-de-France, la consommation d'espace a augmenté de 31% de 2012 à 2017 après une relative stagnation les années précédentes. Il faut arrêter l’hémorragie.

La région Île-de-France est l’une des plus densément peuplées d'Europe avec pour conséquence une perte importante de la biodiversité, une augmentation des effets du réchauffement climatique et une dégradation de la qualité du cadre de vie des Franciliens.

Le Zéro Artificialisation Nette (ZAN), qui a pour objectif la non consommation nette d'espaces en 2050, s'appuie sur le renouvellement urbain et la densification « construire la ville sur la ville ». Ces moyens permettent de limiter l'étalement urbain, mais ils risquent d'augmenter les effets négatifs déjà à l'œuvre. Pour enrayer ces phénomènes, utilisons la nature.

Si le ZAN et la renaturation peuvent être combinés, la renaturation ne doit pas être utilisée pour compenser la consommation d'espaces. Leurs objectifs sont différents : le ZAN doit à l'horizon 2050 être appliqué pour cesser de consommer des espaces, la renaturation a pour vocation de regagner des espaces minéralisés.

Nos villes regorgent de lieux où une renaturation est possible : les friches, les délaissés, les places, les trottoirs, les cimetières, les espaces ouverts... Une surface importante d'espaces peut être rendue à la nature.

Les espaces publics sont la cible privilégiée de la renaturation : les pouvoirs publics ont la maîtrise du foncier et ils peuvent agir sur l'ensemble du territoire. Mais les espaces privés sont tout aussi importants : jardins, cours et abords d'immeubles, parkings de copropriétés, de centres industriels et commerciaux... Les propriétaires doivent être sensibilisés aux enjeux de la renaturation et être accompagnés et soutenus dans les opérations à entreprendre.

Il faut faire une distinction entre le verdissement, qui serait la mise en scène de la nature et la renaturation, qui serait la mise en place de la nature. Le verdissement a une fonction d'agrément, d'ornementation. Il modifie le milieu pour atteindre ces objectifs, utilise souvent des apports de terre extérieure, d'espèces exogènes inadaptées au milieu et parfois concurrentes des espèces endémiques et qui demandent un entretien constant.

L'Institut Paris Région (IPR) et l'Agence Régional de la Biodiversité (ARB) ont élaboré, à partir d'expériences locales, nationales et internationales, une méthode permettant d'identifier les zones urbaines à fort potentiel, de définir des objectifs prioritaires et d'utiliser un mode opératoire pour réussir cette renaturation.

 

Les enjeux de la renaturation

La renaturation répond à des enjeux environnementaux : la reconquête de la biodiversité, l'adaptation au réchauffement climatique et l'amélioration de la santé humaine. Elle a pour ambition de réinstaller des écosystèmes viables qui se développent sans intervention humaine ou minimale. S’y ajoutent les aménités du cadre de vie des habitants pour pouvoir continuer à vivre dans les villes dans les décennies à venir.

Il peut y avoir une différence de 10° entre le cœur de Paris et le bois de Boulogne, 48 000 morts prématurées liées aux polluants atmosphériques sont comptabilisées chaque année, une hausse de 15% de la mortalité a été constatée lors de la canicule de 2022... Voilà quelques effets de la dégradation de notre cadre de vie, si nous continuons sans rien faire, ces effets ne feront que s'aggraver. La renaturation de nos villes répond en partie aux défis que nous avons à relever.

 

Le temps de la renaturation

Qu'elle soit passive ou active, la renaturation doit s'inscrire dans le temps. A Berlin, un ancien complexe ferroviaire a été laissé à l'abandon 50 ans avant que la municipalité n'intervienne pour tracer des chemins et rende une partie de l'espace accessible au public. Le comparatif entre les relevés naturalistes avant et après a montré une augmentation extrêmement importante de la biodiversité d'espèces locales. Sur notre territoire, une expérience similaire, mais involontaire, a lieu avec les anciennes carrières de gypse Si nous avions pu faire un comparatif environnemental des carrières à la fin de leur exploitation et aujourd'hui, nous aurions une énorme amélioration de la qualité de l'écosystème, malgré les dégradations volontaires faites par certains propriétaires des lieux. Il est difficile d'accepter de devoir, face à l'urgence, prendre son temps, mais il est essentiel d'apprendre à réinscrire nos actions dans le temps. Cette urgence doit inciter tous les acteurs à mettre immédiatement en œuvre les mesures qui sont préconisées par l'IPR et l'ARB.

 

Reconquérir des sols

Excepté pour le gros œuvre de désasphaltisation ou de démolition, l'intervention humaine doit être minimale sans s'interdire d'agir lorsque la situation le nécessite. On adapte le type de renaturation à l'état du sol. Des sols pauvres peuvent être propices au développement d'espèces protégées, pionnières et/ou ingénieures : prairies argilo-marneuses ou sèches, sols sablonneux pour les terriers des abeilles sauvages... Les sols des villes ont été au fil des années excavés, minéralisés, bétonnés, segmentés, tassés ; ils sont dans un état trop souvent impropre à accueillir une végétation. La reconquête des sols dans le processus de renaturation est primordiale, tout part du sol.

On peut, si le terrain le permet et si les enjeux sont importants, enrichir les sols par des techniques utilisant des matériaux considérés comme des déchets. Elles associent à la fois un substrat minéral (terres excavées non contaminées, béton, ballast de voies ferrées, déchets de démolition de bâtiment) et un substrat organique (déchets verts broyés, boues de stations d’épuration, composts, balayage de rues). Ces technosols évitent le prélèvement de terres végétales, recyclent des matériaux locaux et sont peu émetteurs de gaz à effets de serre. Sous l'effet de processus naturels, les sols issus de ces techniques peuvent en 4 ans avoir les caractéristiques similaires à des sols naturels.

 

La préservation des trames verte, bleue et brune

Une attention toute particulière doit être apportée à la connectivité des espaces en surface et en sous-sol. Les continuités écologiques que sont les trames vertes, bleues et brunes viennent renforcer les dynamiques naturelles.

La trame verte est constituée des continuités écologiques terrestres favorisant les déplacements des espèces animales et végétales entre les réservoirs de biodiversité du territoire et vers l'extérieur. La trame bleue est constituée des continuités humides (cours d'eau, étangs, mares, zones temporairement humides...) et est essentielle à la survie d'un écosystème. La trame brune est constituée des continuités des sols qui permet au système racinaire des arbres d'établir des contacts entre eux et à la pédofaune de se déplacer facilement. La reconnexion des sols vivants est un enjeu essentiel pour permettre à la végétation de se développer.

 

Les espaces prioritaires à la renaturation

L'IPR et l'ARB ont élaboré une méthode de calcul pour définir les espaces prioritaires à la renaturation. Le territoire est divisé en carrés de 125M². Selon l'enjeu retenu, biodiversité, réchauffement climatique ou santé, et après l'étude des caractéristiques du sol (niveau d'imperméabilisation, nature et niveau de couverture végétale...) et celles de l'espace (exposition aux polluants, aux ruissellements, aux îlots de chaleur urbain, à la proximité avec des espaces naturels), une note est attribuée à chaque carré. En combinant l’ensemble des notes, un score global est affecté à chaque parcelle, ce qui permet de prioriser les opérations à entreprendre, et de donner un aperçu du temps nécessaire pour atteindre les objectifs (court terme : moins de 2ans, moyen terme : 2 à 4 ans ; long terme : plus de 4 ans).

Sur l’ensemble de l’Île-de-France, la méthode permet d’estimer un total de 30 535,31 hectares de sites minéralisés potentiellement renaturables, soit 2,54% du territoire. C'est un objectif ambitieux, mais réalisable. Les actions préconisées : la renaturation de grands espaces comme les carrières demandant un travail de dépollution et d'aménagement et combinant l'ouverture au public avec la sanctuarisation d'espaces, ou le retrait du béton des berges et l'aménagement de conditions propices à l'installation d'espèces aquatiques et hydrophiles ayant besoin de ce milieu pour effectuer leur cycle de vie. Les parkings, bien qu’à une échelle moins importante, offrent des possibilités nombreuses et variées de captation de l'eau de pluie et leur infiltration perpétuent le cycle de l'eau et contribuent à résorber des îlots de chaleur urbain. Les abords des routes et des voies ferrées permettent de développer les continuités écologiques. La réfection de trottoirs est l'occasion de systématiser la plantation d'une végétation variée et d'augmenter et connecter des sols de pleine terre. Enfin individuellement, chaque propriétaire foncier doit se soucier de donner plus de place au végétal.

 

Renaturer maintenant

Aussi pertinentes que puissent être ces méthodes de calculs, rien ne remplacera la connaissance du terrain qu'ont les habitants et les associations de protection de l'environnement. L'IPR et l'ARB ne disent pas le contraire, il faut coupler les résultats des calculs avec une expertise locale. Il faut aussi que les responsables des collectivités territoriales en charge de ces opérations prennent la mesure des conséquences d'une non-action. La situation présente ne permet plus de retarder ou d'attendre que le voisin agisse, chaque commune doit prendre sa part, les égoïsmes ne sont plus tolérables. Dès aujourd'hui, les outils existent pour lutter contre la dégradation de notre environnement et rendre possible pour l'humain de vivre dans un milieu urbain habitable. ENDEMA93 soutient pleinement cette démarche.

Pour plus d'information vous pouvez consulter les documents avec lesquels nous avons travaillé.